Soufflerie atmosphérique

Cette soufflerie atmosphérique à circuit ouvert dispose d’une veine d’essais de 26m de long et de 2m x 2m de section, avec parois latérales et plafond transparents, et des hauteurs du plancher et du plafond réglables. Son ventilateur centrifuge couplé à un moteur électrique de 45kW permet d’atteindre des vitesses d’écoulement de 10m/s maximum. Ses caractéristiques en font un moyen exceptionnel pour l’étude des écoulements de couche limite atmosphérique et de leurs interactions avec des canopées urbaines ou forestières à l’échelle du 1/200 environ.

Outre les instruments permettant de mesurer les paramètres de référence des expériences (vitesse de référence, température de l’écoulement, hygrométrie, pression atmosphérique), cette installation est équipée des moyens métrologiques suivants :

  • une chaîne d’acquisition 32 voies associée à 24 anémomètres thermiques pour l’utilisation de sondes à fils chauds simples ou croisés
  • un système stéréoscopique de Vélocimétrie par Image de Particules (SPIV) composé d’un laser Nd-YAG pulsé de 200mJ, de deux caméras de 4Mpixels associés d’un système dédié de synchronisation, d’acquisition et de post-traitement
  • une balance de traînée destinée à la mesure des efforts s’exerçant sur des éléments de canopée (< 0.5N)
  • un système de mesure de pression pariétale instationnaire (8 voies) et moyenne (96 voies)
La chaîne de mesure SPIV, utilisée de manière quasi-systématique lors des études dans cette soufflerie, donne accès aux trois composantes du vent dans un plan, soit typiquement plus de 16000 vecteurs-vitesses instantanés, permettant ainsi l’étude fine des écoulements turbulents dans et au-dessus des canopées denses.

Totalement opérationnelle depuis 2009, cette installation a été utilisée dans les projets de recherche :

  • EM2PAU (2008-2012) : sur l’écoulement en rue canyon
  • VEGDUD (2010-2014) : sur les interactions dynamiques entre canopée forestière et atmosphère
  • TIPEE (2013-2016) : sur l’évaluation des coefficients de pression sur un bâtiment dans un quartier réhabilité
  • URBANTURB (2015-2018) : sur les couplages dynamiques entre la canopée urbaine et la couche de surface atmosphérique
Publié le 28 mars 2017 Mis à jour le 12 juillet 2017